Rechercher
  • kfatoumata

LA PAIX AVANT TOUT !

Campagne pour l'attribution du Prix Nobel pour la Paix aux Femmes Africaines

Discours prononcé à la tribune du Parlement Européen


Mesdames, Messieurs, Chers amis


C’est un grand honneur pour moi d’’être aujourd’hui à cette tribune, pour porter la voix des femmes de mon continent. C’est un honneur et un espoir pour les femmes d’Afrique de prétendre au prix Nobel de la paix en regard du contexte socio-économique et des terribles conflits qui secouent le continent.

Les femmes africaines ont un immense fardeau sur les épaules, celui de porter courageusement et dignement les enfants de ce continent vers l’espérance d’une paix durable. Leur engagement est un véritable levier pour le sursaut tant attendu.


Honorables députés, chers amis,


Les femmes africaines sont actuellement dans leur majorité usées par la non reconnaissance de leurs droits, elles sont accablées par les destructions successives de leurs pays à travers des conflits politiciens qui brisent leur élan et les ramènent chaque fois dans des situations de barbarie et de terreur inadmissibles. Leur voix, que je porte devant vous, exprime leur colère d’être prises en otages par des forces très partiales guidées par des intérêts multiples qui n’ont aucune compassion, aucun humanisme pour ce continent qui a déjà tant souffert.


Chers amis,


Ma voix qui est celle de mes sœurs, demande grâce. Nous demandons grâce devant le monde entier pour plus de dignité, pour un commerce plus équitable, pour l’arrêt de la spoliation des richesses, pour l’élection de dirigeants dignes, car finalement tout pays devrait appartenir au peuple et non à un camp fut- il celui apprécié par les grandes puissances. Ma voix qui est celle de mes sœurs, vous demande une compréhension des maux de notre continent par la recherche de l’information juste. Trop de choses sont faites en notre nom, au nom de notre intérêt et ces actions s’avèrent être des violences à notre encontre. Même si ces violences sont souvent d’une évidence indiscutable, nous nous retrouvons démunies face à des campagnes médiatiques qui sèment le doute dans les esprits les plus critiques en faisant prendre à tous des vessies pour des lanternes.


Honorables députés,


Permettez-moi de demander votre attention, permettez-moi de vous demander non une aide, car ce mot est dévalorisant pour nous, pour avoir été si mal utilisé et transformé en aumône. Nous ne voulons pas de cela. Permettez-moi donc de solliciter votre contribution active à cette démarche inédite qui est de demander l’octroi du prix Nobel de la paix à toutes les femmes africaines qui se battent au quotidien dans des conditions souvent très difficiles pour créer un environnement de paix et de bien-être pour leur famille, partant de là pour leur communauté. Mes sœurs par ma voix, demandent à sortir des multiples résolutions des institutions qui sont si abstraites et si loin de leur quotidien. Elles demandent le respect de leur intégrité physique, morale et spirituelle, elles réclament le droit à la différence et le respect de cette différence. Les femmes d’Afrique malgré le taux d’analphabétisme élevé, réclament le droit à l’éducation pour leurs enfants, elles réclament le droit à la sécurité, elles réclament la liberté d’expression. Elles veulent vivre et non mourir sous les canons au nom d’une prétendue démocratie, elles veulent la paix sous les cieux du continent et non des conflits qui se déplacent de pays en pays. Sans vouloir être dans une dynamique de complots incessants qui pourrait les conduire à la paranoïa, elles disent haut et fort ASSEZ !!! Assez à tous ceux qui pour quelle que raison que ce soit, veulent empoisonner leur environnement et les faire régresser. Nous disons Assez !!! Plus jamais de conflits armés, plus jamais de fusils encore moins de bombes ! À nos yeux rien, absolument rien ne peut justifier l’usage des armes dans nos pays.


Honorables députés,


Les femmes d’Afrique vous demandent une attention très particulière pour cheminer avec elles vers le développement endogène qui est le fondement essentiel, j’allais dire, la fondation essentielle pour un développement durable véritable.

Nous demandons à sortir des sentiers battus des théories pour axer toutes les énergies vers des actions concrètes. Nous savons que nous en avons la capacité, les principales entraves sont la volonté politique qui ne va pas au-delà des mots et la dimension éthique des divers partenariats qui finissent dans des lourdeurs administratives et normatives. Nous voulons du concret, les femmes d’Afrique veulent constater l’application de toutes les résolutions dans leur vie quotidienne; et pour aboutir à cet état, leur exigence première et non négociable est la paix sur le continent africain. Par ma voix, elles vous disent que leur priorité est de porter aussi loin que possible leur voix et de dire au monde et aux hommes que leur patience a des limites, que leur soumission aux valeurs socioculturelles n’est plus à démontrer mais que face aux affronts, aux affrontements et aux maux multiples, elles s’arment de courage pour dire à tous ; Assez !!! Le leitmotiv des femmes d’Afrique, du nord au sud, d’est en ouest est aujourd’hui la paix avant tout !

Nous vous remercions d’en faire une large diffusion.


Je vous remercie


Fatoumata KANE Parlement européen Bruxelles le 23 mai 2011



0 vue

ME SUIVRE

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic

© 2019 FKANE. Créé avec Wix.com